Archives de la catégorie ‘Préparation et technique

TRM Garage, un salon pour votre auto !

Mercredi, mai 18th, 2011

Vous passez plus de temps dans votre garage à bichonner votre belle que dans votre salon ?
L’idée c’est que le garage peut être plus qu’un parking à auto et à vélo : considérez-le comme une pièce à part entière de votre habitation, un sanctuaire pour vos hobbies… Y passer du temps est un véritable plaisir !
La société TRM garage propose une ligne de mobilier dédié, modulaire et design. Ranger son outillage, avoir de la lumière bien placée, des plans de travail assez grands, des armoires de stockage… Vous n’allez plus voir le garage de la meme façon et c’est madame qui va être jalouse !

En savoir plus : www.TRMgarage.com

La bonne idée d’HKS

Mercredi, juin 25th, 2008

Via Kultivate : le nouveau setup d’intercooler pour la Toyota Aristo HKS pilotée par Nob’ Taniguchi.

Petit rappel pour mes lecteurs moins chevronnés : un intercooler est un radiateur dans lequel circule l’air comprimé par le turbo à ne pas confondre avec un radiateur huile. Lorsqu’on le comprime, l’air se réchauffe naturellement, ce qui nuit aux performances de la voiture : plus l’air est chaud, moins il est dense, et donc moins le moteur se « remplit ». Pour contrer ce phénomène, on installe en sortie de turbo un échangeur. Grâce à la circulation d’air générée par le déplacement de la voiture, l’échangeur permet de refroidir et donc de redensifier l’air admis par le moteur !

Sur les photos ci-dessus, vous voyez un montage original, basé sur deux petits échangeurs latéraux au lieu d’un seul, unique, en façade (appelé communément FMIC pour Front Mount InterCooler). Cette configuration à deux avantages :

  • elle libère le flux d’air qui passe dans les radiateurs (d’eau, le gros gris, et d’huile, le petit noir), favorisant ainsi un meilleur refroissement du moteur,
  • grâce à leur disposition tournée vers l’extérieur, ces échangeurs se retrouvent mieux orientés par rapport au flux d’air lorsque la voiture est en travers.

Le « cooling » des voitures de drift étant très problématique à haut niveau, cette trouvaille d’HKS va certainement être copiée par beaucoup prochainement !

Fonctionnement d’un différentiel en vidéo

Samedi, juin 7th, 2008

Afin de compléter mon explication du fonctionnement d’un différentiel, voici une vidéo vous montrant la bête en fonctionnement :

  • tout d’abord avec les deux roues entrainées à vitesse équivalente,
  • ensuite, une des deux roues commence à perdre de l’adhérence et accélère par rapport à l’autre (concrêtement, vous êtes dans une courbe et commencez à drifter),
  • et pour finir, une roue est totalement arrêtée pendant que son homologue n’a plus aucune adhérence (lors d’un tête à queue par exemple ; vous pouvez également reproduire ce phénomène très simplement en descendant d’un trottoir : une roue sur le trottoir, arrêtée, une roue dans le vide, sans aucune adhérence).

Attention, dans cette vidéo il s’agit bien d’un différentiel « ouvert », c’est à dire non-autobloquant. Dans un différentiel autobloquant, la vitesse relative d’une roue par rapport à l’autre est limitée par divers procédés (disques ou torsen principalement). Cela empêche une roue de prendre trop de vitesse par rapport à l’autre, comme c’est malheureusement le cas dans le 3e exemple de la vidéo.

Merci à Nitro du Forum-Drift pour cette vidéo !

Vos pièces de voitures sur Piecesvoitures.com

Mercredi, juin 4th, 2008


pièces voitures

Nouveau logo, nouveau design, le site Piecesvoitures.com fait peau neuve et affirme sa politique sérieuse et professionnelle. Spécialiste de la pièce automobile OEM (d’origine), Piecesvoitures.com vends à la fois aux professionnels et aux particuliers et dispose d’un catalogue conséquent de plus de 200.000 références. La plupart des véhicules depuis 1955 sont répertoriés.

Après quelques explorations dans les différentes marques, j’ai pu trouver neuf références différentes de plaquettes de frein pour S13 à partir de 29 Euro la pièce, dans des marques telles que Bendix, Bosch et Valéo. Je vous rappelle que la plupart des centres auto ne peuvent même pas en fournir une seule ! On y trouve également des disques de freins pour S14, des kits d’embrayage pour AE86 (à peine plus de 100 Euro), des kits de distribution pour BMW 325i E30, des courroies d’alternateur, des cardans…

Avec des prix très compétitifs sur les pièces voitures d’origine, Piecesvoitures.com est sans aucun doute une très bonne source à mettre dans ses favoris. Pour finir, sachez que le site ne vends pas que de la pièce : liquide de frein, accessoires divers dont les fameux triangles et gilets obligatoires à partir du 1er juillet à 7.90 Euro, ou encore des pneus (avec en ce moment une promo sur les pneus Michelin).

Cet article est sponsorisé.

Voiture de drift pour handicapé

Vendredi, avril 4th, 2008

Voici une vidéo vraiment exceptionnelle : cette Toyota JZX100 de drift a été complètement modifiée pour permettre à son pilote, handicapé des jambes, de rouler :

  • embrayage robotisé,
  • accélérateur sur le volant,
  • freinage à la main grâce à un comodo,
  • frein à main qui debraye automatiquement,
  • levier pour donner des coups d’embrayage (clutch kick)…

Des modifications vraiment impressionnantes pour une conduite peu orthodoxe ! Le pilote handicapé nous fait ensuite une démonstration de drift, puis laisse le volant au champion japonais Kazama pour qu’il s’y essaye ! Une vidéo qui fait chaud au coeur.

D’autres vidéos de drift ?

Nissan Skyline ER34 par MJ Style

Lundi, février 11th, 2008

Ken Nomura passant de sa mythique Skyline ER34 Blitz à la toute nouvelle de chez Nissan : la GT-R R35, la version de l’ER34 revue par MJ Style sera certainement la remplaçante de l’icône du drift qu’a su construire Nomuken. La voiture est actuellement en route pour l’Osaka Auto Messe, salon où elle sera dévoilée officiellement au public.

C’est le kit carrosserie Origin Stream Line qui a été choisi pour équiper esthétiquement cette drifteuse.

nissan skyline r34 driftnissan skyline r34 driftnissan skyline r34 driftnissan skyline r34 drift

Voir aussi : Ken Nomura au volant d’une Skyline GT-R R35 Blitz

Source : kultivate

Rhys Millen Racing : l’Evo de Tokyo Drift

Mercredi, janvier 23rd, 2008

Rhys Millen est un pilote de rallye, stunt et drift d’origine neo-zélandaise. Il a entre autres remporté le championnat de drift américain Formula D, et est le patron du garage Rhys Millen Racing (RMR) en Californie.

Ce garage met au point de nombreuses pièces performance, comme par exemple un kit de conversion 2 roues motrices (propulsion) pour Mitsubishi Lancer Evolution IX. Pour la petite histoire, ce kit a été développé au départ pour le film Fast and Furious Tokyo Drift, où le héros drifte justement avec une Evo préparée par Rhys Millen. Et par la même occasion, Rhys a participé au tournage du film en tant que cascadeur. Voici en vidéo les premiers essais sur route du kit de conversion « grand public ».

La Subaru a moteur Nissan RB25DET

Lundi, janvier 14th, 2008

Le préparateur anglais Jap Performance a décidé d’inscrire une voiture de drift à plusieurs championnats en 2008. Là où beaucoup se battent à coup de Silvia, AE86 et RX-7, Jap Performance a choisi de faire dans l’original. Leur voiture de drift est basée sur une Subaru Impreza Type R de 1998, convertie en propulsion et équipée d’un moteur Nissan RB25DET préparé (2.5 litres 24 soupapes turbo). Pourquoi faire simple, quand on peut faire compliqué ?

Aidée d’un confrère spécialiste des Subaru (PR Developments), l’équipe de Jap Performance a rentré au chausse-pied le six cylindres dans la baie moteur de leur voiture. Le moteur est arrivé déjà équipé, et développe entre 450 et 500 chevaux : turbo Greddy TD06 25G, 9 injecteurs, collecteur top-mount, radiateur d’huile, Apex’i Power FC et internes forgés. Concernant la transmission, la boîte du RB25DET avec embrayage renforcé Nismo est conservée. Arbre de transmission, cardans et différentiel ont été récupérés sur une Subaru Sti9 (modèle 2006) et adaptés.

Le développement de cette Subaru RB25 n’est pas encore terminé, nous vous en reparlerons bientôt ! Prochaines étapes : modification et renforcement des supports moteur, adaptation du faisceau, installation des organes périphériques : radiateurs, intercooler, circuit de carburant.

Source : Jap Performance

Subaru Impreza - moteur Nissan Skyline RB25DETArrivée à l’atelier de Jap Performance : Subaru Impreza Type R de 1998 quasiment d’origine.

Subaru Impreza - moteur Nissan Skyline RB25DETDémontage de la face avant, des ailes et du capot.

Subaru Impreza - moteur Nissan Skyline RB25DETLe moteur est dehors…
(Lire la suite…)

Souder un pont differentiel ?

Lundi, décembre 17th, 2007

Qu’est-ce qu’un différentiel ?

Un différentiel est un système mécanique ayant pour fonction de distribuer une vitesse de rotation par répartition de l’effort cinématique, de façon adaptative, immédiate et automatique, aux besoins d’un ensemble mécanique. Par exemple, il est très utile sur un véhicule automobile où il permet aux roues motrices de tourner à des vitesses différentes lors du passage en courbe : les roues situées à l’extérieur tournent plus vite que celle situées à l’intérieur.

Lorsqu’une des deux roue perd de la vitesse, la vitesse de l’autre roue augmente d’autant. Pratique pour faire des manoeuvres de parking ou rouler pépère, mais en drift, ce procédé est désavantageux. L’effet inverse est beaucoup plus intéressant : envoyer le couple sur la roue qui perd de la vitesse, afin de ne pas la laisser ralentir par rapport à l’autre. Ce phénomène est indispensable pour qui espère tenir une glisse fluide, longue, et donner de l’angle à son drift. Les différentiels autobloquants, ou différentiels à glissement limité, assurent cette fonction grâce à un système de disques d’embrayages (nous y reviendrons dans un prochain article).

Cependant, un différentiel autobloquant coûte cher (comptez autour de 300 Euro pour un autobloquant d’occasion sur une Nissan 200SX RS13). Heureusement pour nous, drifteurs low-cost, il existe une solution simple, efficace et pas cher : la Maaf le différentiel soudé.

Le différentiel soudé

pont différentiel pont différentiel soudé

Ci-dessus à gauche, le schéma d’un différentiel. A droite, la photo d’un différentiel soudé. Commençons par en présenter les composants :

  • la courrone, en bleu. C’est par là qu’arrive la puissance (grosse flèche rouge), via le pignon d’attaque que l’on devine en bas à droite de la photo (perpendiculaire à la courrone).
  • Le satellite, en vert. En pratique, la plupart des différentiels ont deux satellites pour des raisons de fiabilité. Lorsque les deux roues évoluent à la même vitesse de rotation, les satellites ne tournent pas. Lorsqu’une roue perd de la vitesse, les satellites sont entrainés et transmettent ainsi le couple excédentaire à la roue opposée.
  • Les planétaires, jaune et rouge, chacun reliés à une roue.

Vous l’aurez peut-être compris, il suffit d’empêcher les satellites de tourner pour bloquer les roues ensemble à la même vitesse. Concrêtement, on soude les satellites aux planétaires pour empêcher leurs mouvements relatifs. De cette manière, les deux roues tourneront toujours à la même vitesse quelles que soient les circonstances. Pour le drift, c’est un plus indéniable !

  • Commencez par trouver un différentiel en rab, parce que l’opération est irréversible. Pensez à la revente éventuelle de la voiture !
  • Trouvez quelqu’un qui sait souder.
  • Démontez le pont de la voiture.
  • Sortez le mécanisme de son carter et nettoyez bien les résidus d’huile (astuce : utilisez du gazole, ça dégraisse bien).
  • Soudez les planétaires aux satellites afin de les immobiliser. Evitez de souder au MIG, car en général les soudures tiennent mal. Préférez la soudure à l’ARC ou au TIG. Sur la photo, le différentiel est rempli de soudure, une plaque supplémentaire à été soudée au centre de la cage. Inutile d’aller jusque là, de bonnes soudures sur toute la longueur de chaque roue dentée suffisent amplement.
  • Une fois l’opération terminée, nettoyez bien la courrone de tous résidus. Vérifiez vos soudures et vérifiez bien sûr que le différentiel tourne toujours…
  • Remontez le tout sur la caisse et… Drift !

Conclusion

Souder un différentiel ne le fragilise pas, cependant, cela accélérera l’usure de certaines pièces périphériques comme les silent blocks (et les pneus, mais c’est une autre histoire !). Pensez également à vérifier régulièrement le serrage des cardans.

Avec un différentiel soudé, vous remarquerez un changement notable du comportement routier de la voiture. Puisque maintenant, aucune des deux roues ne peut prendre de vitesse par rapport à l’autre, cela empêche le train arrière de changer naturellement de direction. Le sous-virage s’en retrouve accentué, et cela vous obligera à mieux travailler vos entrées de virages : transferts de masse, freinages, et techniques telles que le frein à main ou le blocage de transmission (shift lock). Une bonne chose, en fait : ce sera l’occasion de travailler des techniques de drift autres que le power over. Puis, lorsque vous en aurez les moyens, dotez-vous d’un véritable autobloquant afin de gommer définitivement ce défaut de sous-virage excessif.

Petit bémol cependant sur route ouverte, lorsque vous roulez vite, la voiture décrochera plus facilement, surtout sur sol glissant. Assurez-vous d’avoir la maitrise de votre bolide avant de tenter des folies. Cependant, rien d’insurmontable, rassurez-vous. Allez-y progressivement, le pont soudé est une très bonne école de drift.

Source : souder un pont différentiel sur Drift Project

MISE A JOUR : comprenez comment ça marche, en vidéo !

Need For Speed Prostreet : making-of (partie 2)

Mardi, décembre 11th, 2007

Cet article fait suite à la première partie du making of de Need for Speed Prostreet publiée le 6 décembre 2007.

Les pilotes clandestins
- Je l’avoue, j’ai participé à des courses illicites.
- Hé ! A ta place je me tairais !
- Ok, j’en suis pas forcément fier…
- Tu sais que maman risque de t’entendre ?
- Bof, t’en fais pas elle s’est jamais douté de rien.
Je suis sur que la plupart des pilotes commencent dans la rue, parce que c’est simple, c’est cool… Comme tout le monde, on a envie de trainer avec ses potes et de faire les andouilles avec nos voitures. Le drift, ça marche vraiment très fort au Japon. Là bas, c’est vraiment le top. Moi, à 13, 14 ans, j’allais voir toutes les courses. Le jour de mes 16 ans, j’ai eu une Honda Civic modèle 91. J’ai passé mon permis, puis je suis allé voir un pote et le jour même, elle avait des suspensions rabaissées. Et le soir venu, je suis allé faire un rodéo à Long Beach. Tous les pilotes que nous croisons ont un passé de pilote clandestin. Ils ont des tas d’histoires à raconter, des rodéos disputés sur des autoroutes, leur meilleur souvenir de course départ arrêté sur un boulevard. Tous les pretextes étaient bons. On faisait la course en rentrant chez nous et on roulait à fond la caisse.

L’accident n’est jamais loin
Forcément, on a bousillé quelques voitures. Ou alors on s’arrêtait parce qu’on en demandait trop à la mécanique. On faisait aussi souvent ce qu’on appelle le « grand huit ». Ca se jouait sur des bretelles et des autoroutes qui formaient comme un grand huit. Les pilotes partent à quelques secondes d’écart, et le premier qui rattrape l’autre a gagné. Avant, j’étais employé dans des hôtels super classes. Je garais les voitures des clients, des super caisses évidemment ! Alors je partais les essayer un petit peu, voir ce qu’elles avaient dans le ventre. Je faisais un peu de drift avec, je faisais fumer les pneus en remontant le boulevard. Je prenais une voiture, je montais dedans, et j’allais faire l’andouille, sur des parkings par exemple. Et puis en progressant, vers 17-18 ans, j’ai commencé à m’aligner face à des pilotes japonais sur des parcours un peu plus difficiles. Un jour un type s’est amusé à percuter un concurrent en course. Vous êtes en train de piloter et d’un seul coup vous entendez « boum » ! Et vous voyez un concurrent qui vient frotter son rétro au vôtre. Attention, tout ceci se passe à plein vitesse, et bien sûr, ça tape quand on s’y attend le moins ! Vous roulez vite, vous faites la course avec des potes, et d’un seul coup, un de vos concurrents vous arrache un rétro. Moi aussi j’ai commit des erreurs. Les rodéos clandestins ont failli me coûter cher et je n’ai plus envie de prendre autant de risques. Les pilotes ne sont pas forcément tous des fous du volant, seulement ils n’ont nulle part où aller. Aucun endroit n’est prévu pour ça. Quand j’avais 17 ans, aucun endroit ne me permettait de piloter. Il n’y avait pas le moindre circuit.

Quoi, 50 à l’heure ? Je peux rouler à plus de 100 en driftant !
De temps en temps, on allait jusqu’aux canyons. Enfin, je veux dire, on fonçait jusqu’aux canyons. On faisait des rodéos, des courses d’accélération. A l’époque, personne ne pensait à faire des rodéos. A part trainer dans ton quartier ou faire du skateboard, y’avait rien à faire à part aller faire un tour dans le quartier d’à côté. Et d’un coup, on s’est mis à faire ça et on a tout de suite adoré. C’est notre truc à nous, point barre. Moi aussi j’ai essayé de drifter dans les rues, mais en fait je préfère les courses pro. Sur l’autoroute, vous hallucinez quand vous voyez les limitations de vitesse… Vous vous dites « quoi, 50 à l’heure ? Je peux rouler à plus de 100 en driftant ! ». Je ne fais de mal à personne, je ne vole rien à personne. Ok, je suis en infraction avec le code de la route, mais… Je pense que je ne fais rien de mal en fait. Et bon, c’est vrai que parfois je me fais pincer, mais la police ne me rattrape pas souvent. Disons que je mène au score.
Les rodéos urbains, moi ça me fait rire. C’est juste des jeunes qui pètent les plombs. Ca a l’air cool comme ça, mais au final tout le monde se rend compte que les courses de rue sont surtout dangereuses la plupart du temps. Quand ça tape, ça fait mal. Un jour j’ai percuté une voiture qui arrivait en sens inverse. On s’en est sortis indemnes tous les deux mais vous savez, les accidents sont plus nombreux qu’on ne le dit.

Rouler aussi vite en ville, ça n’a aucun sens.
Il y avait une voiture devant moi, le pilote a perdu tout contrôle et la voiture a fini en miettes. Quand vous êtes témoin d’une scène pareille, je me disais que dans cette voiture, ça aurait pu être moi. Maintenant, ça s’est un peu calmé. Les flics vous conseillent de ne pas trop trafiquer votre voiture. Franchement, ça s’arrête la, mais on voit pas mal de Honda, des japonaises. Si vous vous faites arrêter, si vous en redemandez, si vraiment c’est le seul truc qui vous branche alors oui, vous êtes un danger public. Rouler aussi vite en ville, ça n’a aucun sens. Vous risquez de vous faire confisquer votre voiture, vous risquez de tuer quelqu’un. Non vraiment, ça n’a aucun sens.

Le rodéo urbain légal, c’est le top non ?
Nous menons des opérations spéciales dans le cadre de notre partenariat avec le circuit d’Irwindale. Le but était de promouvoir un endroit légal pour piloter. En dressant leurs contraventions, les policiers faisaient passer le message : pour 20 dollars, vous pouvez aller piloter légalement tous les jeudis soir, ce sont des courses de rue légales où tout le monde est le bienvenu. Après un petit exament de sécurité, vous pouvez participer à des courses d’accélération tout la nuit. Si vous avez un permis de conduire et une voiture, du moment qu’elle est homologuée, vous pouvez y aller ! A vrai dire, le site en lui-même n’a rien de génial, c’est juste un bout de bitume avec une petite tribune à côté d’un parking. Mais le jeudi soir, les épreuves d’accélération transforment l’endroit. Il y’a des centaines de voitures qui se pointent à la nuit tombée. On a en moyenne 250 voitures tous les jeudis soir. Si la météo est bonne, on peut avoir plusieurs milliers de spectateurs. Le rodéo urbain légal, c’est le top non ?

Faites pas ça, les enfants.
Pour nous, passer de pilote clandestin à pilote pro est plutôt naturel. Les courses sauvages en ville, on finit par s’en lasser. J’ai un passé plutôt chargé, et j’ai compris finalement qu’il était beaucoup moins risqué de courir sur circuit qu’en ville. Dans une course clandestine, vous avez du mal à cerner vos limites. Sans chronomètre, c’est difficile de savoir si vous progressez. Vous savez si vous avez gagné ou perdu, mais pas si vous avez fait mieux. On sait bien que les rodéos clandestins ne s’arrêteront pas du jour au lendemain. Tout ce que je peux dire, et là dessus vous pouvez me croire, c’est que j’ai moi-même participé à des rodéos (NDPanda : c’est le lieutenant de police qui parle). Moi aussi j’ai fait la même chose par le passé, mais j’ai vu tellement d’accidents, j’ai vu des gens mourir lors de rodéos…
Je participe à beaucoup d’épreuves en tous genres et je peux discuter avec le jeune public. C’est important qu’un type comme moi leur dise « faites pas ça, les enfants ». Ce que je leur dit c’est que tôt ou tard, les accidents finissent par arriver aussi vrai que deux et deux font quatre. Quand vous pilotez sur circuit, que vous luttez pour signer le meilleur temps ou le meilleur score, en grip comme en drift, vous pouvez vous lâcher totalement et obtenir de bien meilleurs résultats. Si vous aimez la course, allez piloter sur un circuit, c’est comme ça que vous progresserez le plus. Vous gagnerez un maximum d’expérience et en plus vous vous amuserez.

On vous conseille vraiment de courir sur circuit. C’est vraiment l’endroit pour le faire.

Par ordre d’apparition :

Drift Network :
Forum Drift
Drift Blog
Vidéos de Drift
Drift Project