Need For Speed Prostreet : making-of (partie 1)

La seconde partie du making of de Need for Speed Prostreet a été publiée le 11 décembre 2007.

La naissance des courses de rues professionnelles.
De très nombreux pilotes ont un passé clandestin. Cela fait partie de la culture des jeunes aujourd’hui. Le milieu s’est développé et les pilotes ont voulu participer à de belles courses regroupant les meilleurs. Les pilotes des rodéos urbains quittent peu à peu les rues pour rejoindre les circuits et les épreuves officielles. Need For Speed Prostreet est la derniere version d’une longue lignée de jeux-vidéo. Le jeu met l’accent sur toutes les dernières tendances du monde de la course de rue, mais d’un point de vue légal cette fois-ci. L’univers de la franchise Need For Speed s’est toujours inspiré des courses de rues illégales. C’est un monde qui a marqué l’histoire du jeu et qu’on a souvent retrouvé. Il y’a comme une passerelle culturelle entre le jeu et la réalité. 99% des pilotes viennent des courses clandestines, ils voulaient en découdre avec leurs bolides, ils pilotaient comme des malades, jusqu’au jour où ils ont compris que c’était dangereux et qu’il fallait faire ça ailleurs. Toute cette industrie trouve ses racines dans le monde des rodéos clandestins. C’est vrai que dans certains quartiers, le soir venu, ça n’arrêtait pas.L’inspiration…
Ce qui nous a inspiré pour le jeu, c’est tout l’excitation, toute l’énergie qui se cristallise autour des courses de drift. Il y a eu aussi le retour assez inattendu des muscle cars ces dernières années, les voitures japonaises qui sont venues s’aligner dans les courses d’accélération et les nouvelles formes de courses de grip (adhérence) qui sont apparues. Les courses d’accélération d’aujourd’hui s’inspirent des courses sauvages des années 50-60. On voit sur la route des monstres de puissance hyper équipés mais avec lesquels il est possible de rouler tous les jours. C’est ça la particularité de la culture tuning tendance japonaise. Les voitures japonaises sont vraiment devenues à la mode au milieu des années 90. De toutes les marques et de tous les modèles, c’est la Honda Civic qui le plus marqué l’histoire. Rien que pour ce modèle, le marché de la pièce détachée est considérable. Pour moi, rien n’est comparable aux courses d’accélération. Pendant 7 secondes, vous roulez pied au plancher et passez de 0 à 330 km/h. En fait, vous essayez surtout de rester sur la piste. Soudain, la piste devient très étroite et vous vous retrouvez au volant d’une véritable fusée qui refuse de rouler droit, qui tire vers la droite, qui tire vers la gauche. Moi, j’ai essayé plein de trucs, comme sauter d’un avion, j’ai tout essayé, mais question sensations, il n’y a rien de comparable. C’est tout simplement fantastique.

Le Drift.
Pour définir le drift, disons que ce sont des courses où la voiture a l’air de partir dans le décor, sauf qu’elle ne part jamais dans le décor. Ici, pas de drapeau à damier, pas de ligne d’arrivée, il faut juste être le plus rapide. Il y’a quatre caractères qui comptent : la vitesse, l’angle de trajectoire, l’excitation générale, la vitesse d’entrée en courbe, l’angle dans le virage, la fumée dégagée… (NDPanda : ça fait six !). Il faut penser à l’enthousiasme du public et des juges mais aussi foncer à toute vitesse. Dans un sens, le drift c’est du patinage artistique. C’est un super spectacle, et surtout ça change ! Les runs sont hyper courts, pas plus de 30 secondes en général, et vous, vous devez tenir le coup, pied au plancher. Il y’a toute cette fumée dégagée par les pneus, l’odeur, c’est tout un ensemble qui fait que l’ambiance est hyper chaude. Les courses de drift en tandem (battles), avec deux voitures l’une à côté de l’autre sont vraiment passionnantes. Il y a une voiture de tête et une autre juste derrière qui doit la coller le plus près possible en suivant sa trajectoire. Le pilote derrière doit montrer qu’il est le plus fort et mettre la pression, et pousser l’autre à la faute. Il y a des accidents, des moteurs qui hurlent, de la fumée partout, ça n’arrête pas. Ca vous coupe le souffle et ça vous prend aux trippes.

Le Time Attack.
Pour celui qui connait mal la course, une course de grip c’est le contraire de la course de drift. En fait, il faut piloter le plus vite possible et sans jamais perdre de motricité. Mais en drift, la vitesse n’est pas le critère primordial. C’est surtout l’impression que vous dégagez et votre capacité à frôler les limites de votre voiture qui compte. La course de grip met davantage l’accent sur la maîtrise elle-même. Franchement ces courses-là, ça déménage ! Dans une course de grip, on peut aller beaucoup plus vite qu’en drift. Les courses d’accélération, question adrénaline, c’est génial. Ca vous prend d’un coup, mais sur route, la montée d’adrénaline se prolonge et dure beaucoup plus longtemps. Et là franchement, ça décoiffe. L’épreuve reine des courses de grip, c’est le time-attack (contre-la-montre). Il faut réussir le meilleur chrono sur un tour. Le time-attack, c’est vraiment pour les durs, au volant de bolides de folie qui se mesurent sur un tour de piste, chacun dans son coin. Tous les pilotes sont sur la piste en même temps mais ils ne s’affrontent pas directement comme dans une course classique. Il se battent surtout contre le chronomètre. C’est pas bien compliqué. Ils doivent tirer tout le potentiel de leur voiture sur très peu de temps. Les pneus sont prévus pour ne tenir que quelques tours, comme les pilotes d’ailleurs. Mais il faut que le pilote soit très exigeant envers sa voiture et lui demande l’impossible. Il faut prendre les virages à fond, bref, c’est plutôt viril comme style de course. Question voitures et pilotes, c’est du haut niveau.

L’univers de la course.
Tous ces styles de course comme le grip, le drift et les courses d’accélération font partie d’un mouvement plus général. Il y’a tout un univers « tuning » autour des viotures compactes sportives. Quand vous voyez ces vieilles Corolla (NDPanda : Toyota Corolla AE86) à pneus larges, ces Nissan Silvia au look excentrique, vous vous dites : « Hé ! Moi aussi j’en ai une et si je veux, je peux lui faire un super look ! ». Je pense que cette proximité compte pour beaucoup dans le succès de cette mode. L’ambiance est surchauffée, le public vient sur les sites de course et s’y sent comme chez lui. Rien à voir avec la course automobile traditionnelle. Pour moi, c’est plus un festival mêlant voitures, culture urbaine et tout ce qui intéresse les jeunes aujourd’hui. On ne s’ennuie pas une seconde, les gens que vous croisez sur place et les participants sont tellement cool…

Quand on y est, on est super content d’y être. Des voitures, des filles, que demander de plus ?

Par ordre d’apparition :

Lire la seconde partie du making of de Need for Speed Prostreet (publiée le 11 décembre 2007).

Partager cet article :
  • Digg
  • del.icio.us
  • Facebook
  • Mixx
  • Google Bookmarks
  • blogmarks
  • BlogMemes Fr
  • Blogosphere News
  • email
  • Scoopeo
  • Slashdot
  • StumbleUpon
  • Technorati
  • Wikio FR
  • Live
  • MisterWong

6 commentaires sur “Need For Speed Prostreet : making-of (partie 1)”

  1. marsilians dit :

    salut

    pour info y’a la partie 2 de dispo de superbe vidéo dommage que le jeu est pas suivit ;)

  2. Need For Speed Prostreet : making-of (partie 2) | Drift Blog dit :

    [...] article fait suite à la première partie du making of de Need for Speed Prostreet publiée le 6 décembre [...]

  3. tapemoi.com dit :

    Need For Speed Prostreet : vidéo making of…

    La naissance des courses de rues professionnelles. De très nombreux pilotes ont un passé clandestin. Cela fait partie de la culture des jeunes aujourd’hui. Le milieu s’est développé et les pilotes ont voulu participer à de belles courses regro…

  4. damien dit :

    slt je ne comprend pas comment fait-on pour que quand on fais des crash et que la voiture est demolit, la voiture ne casse pas

    pour selui qui la reponse au plus vite je le remercie d’avance !!!

  5. Tony Jouin, pilote de drift interviewé | Drift Blog dit :

    [...] : le drift ! J’ai commencé à drifter à cause de mon fils qui jouait au drift sur Need For Speed… Pas de signes particuliers, trop gentil peut-être… Pourquoi je drifte ? Je n’en [...]

  6. vivi dit :

    bonjour je voudrais savoir comment on peut faire des cascades sur need for speed pro street sur psp vous pourez me répondre stp

Laisser un commentaire

Drift Network :
Forum Drift
Drift Blog
Vidéos de Drift
Drift Project